Alles Palette FR Palettes à gogo

La nouvelle ligne de rabot garantit une excellente qualité PKF Post produit six millions de palettes sur deux sites aux Pays-Bas. Il s'agit exclusivement de formats spéciaux. En 2017, l'entreprise avait investi dans une raboterie avec mécanisation Kallfass pour Finsterwolde, son site au nord du pays. Les bons résultats...

La nouvelle ligne de rabot garantit une excellente qualité

PKF Post produit six millions de palettes sur deux sites aux Pays-Bas. Il s'agit exclusivement de formats spéciaux. En 2017, l'entreprise avait investi dans une raboterie avec mécanisation Kallfass pour Finsterwolde, son site au nord du pays. Les bons résultats obtenus ont convaincu l'entreprise de réaliser un projet similaire à Venlo.

PKF Post fournit ses palettes spéciales principalement aux industries papetière, alimentaire et chimique. Si vous croyez que les palettes sont en bois de sciage de qualité médiocre, vous vous trompez lourdement. Pour les palettes aussi, les exigences sont de plus en plus strictes : les clients demandent des dimensions d'une précision absolue et un bois de sciage propre. Afin de satisfaire ces demandes et d'augmenter l'efficacité de l'expulsion par exemple, PKF Post a investi dans une nouvelle ligne de rabot avec mécanisation complète pour son site de Venlo, aux Pays-Bas. « Avant, l'empilage autour de la raboteuse était très pénible – nous avons donc opté pour une nouvelle installation », explique Erwin de Jong, chef de projet. De plus, on a constaté à Finsterwolde que les planches rabotées facilitaient la production de palettes. Après la bonne coopération lors de la restructuration à Finsterwolde il y a deux ans, PKF Post a de nouveau choisi une mécanisation Kallfass, établie à Baiersbronn-Klosterreichenbach (Allemagne). Le site de Venlo exploite donc depuis mars la nouvelle installation Kallfass avec raboteuse (identique à celle de Finsterwolde).

PKF Post fabrique jusqu'à 12 000 palettes par jour à Venlo, dont certaines sont même produites à l'unité. Les données pour la production de palettes et pour l'installation Kallfass proviennent de la préparation de commande. « La commande est entièrement automatique, les collaborateurs ne sont plus ou moins là qu'à des fins de surveillance et n'interviennent qu'en cas de nécessité », continue M. de Jong. « PKF Post commande l'intégralité de l'installation via l'interface sur l'ordinateur. La connexion de la préparation de commande à la raboteuse a très bien fonctionné », commente le PDG de Kallfass, Hans Haist. Dans la préparation de commande, le programme de palettes calcule automatiquement les nomenclatures et les dimensions nécessaires pour la commande en cours. Le système recommande ensuite quels paquets utiliser dans la production en fonction des inventaires du bois de sciage.

La nouvelle mécanisation Kallfass commence par une station de pose pouvant accueillir plusieurs paquets de bois de sciage. L'installation est conçue pour des longueurs d'entrée comprises entre 2 et 6 m. Les sections transversales vont de 16 par 75 mm à 22 par 150 mm. Le dépilage par couches est effectué par un palonnier à ventouse. Hans Haist estime que le rendement atteint sept à huit couches par minute. Un scanner se situe sur le convoyeur transversal à chaînes qui indique si des lattes d'empilage se trouvent sur la couche de bois de sciage. « Le balai à baguettes ne passe sur la couche que si nécessaire, cela nous permet de maintenir une cadence élevée », développe M. Haist.

Le collaborateur contrôle la qualité du bois découpé en course transversale et retourne si besoin les planches pour que les flaches soient vers le haut.

Le joli côté vers le haut

Un collaborateur contrôle la qualité du bois découpé en course transversale. Il évacue les bois non conformes par une trappe. Il profite de cette étape pour retourner les planches afin que les flaches soient vers le haut. « Après le rabotage, la mécanisation retourne à nouveau toutes les planches afin que le beau côté reste visible. Nous les clouons dans ce sens lors de la production de palettes, c'est important pour l'aspect », précise Stefan Geutskens. Il est responsable des ventes chez PKF Post et sait ce que les clients veulent. Après le contrôle qualité, les planches passent à la raboteuse dans le sens de la longueur. La raboteuse calibre les planches avec une vitesse d'avance pouvant aller jusqu'à 250 m/min. Derrière la raboteuse, une bande freine les planches. Elles sont ensuite déviées vers la droite et passent sous cette unité en transport transversal vers la gauche avant d'arriver à l'installation Crosscutting à commande numérique de Kallfass. Comme évoqué plus haut, ce processus permet de positionner les planches avec le beau côté vers le haut.

« L'installation Crosscutting à commande numérique possède sept scies de purge, dont six réglables », explique M. Haist. Avec cette machine, PKF Post coupe le bois à la longueur requise pour la production de palettes. La commande se base sur la préparation de commande. Les lamelles d'empilage acheminent les planches de palettes vers l'empileuse. Kallfass a installé cinq magasins à lattes à cet endroit qui se positionnent automatiquement. Un pater noster emporte ensuite les paquets. Les paquets sont enfin cerclés
avant d'arriver à l'étape de production de palettes.

PKF Post est très satisfaite du travail de Kallfass. La nouvelle installation est censée remplacer intégralement l'ancienne à plus ou moins long terme. « Cet investissement nous permet de répondre encore plus rapidement aux exigences de nos clients, et ce, avec une qualité supérieure », conclut M. Geutskens.

Un scanner vérifie si des lattes d'empilage se trouvent sur la couche et, le cas échéant, un balai les enlève automatiquement.

Introduction longitudinale dans la raboteuse.

Empilage avec magasins à lattes.

La dépose précise des lattes s'effectue automatiquement.

Après le rabotage, les morceaux de bois partent vers la droite et sont retournés pour présenter le beau côté d'abord.

Installation Crosscutting à commande numérique de Kallfass : Les six scies variables coupent aisément les lattes aux dimensions souhaitées.

HOLZKURIER 41/2019, image et textes Martina Nöstler